Jeunes

Home / Jeunes

 

 

 

 

Présence des jeunes à Lourdes ?

 

Jeunes ? Qu’est-ce que ça change pour les personnes que nous accompagnons ?

Cela peut paraître bizarre, mais cela change tout. L’ambiance s’en trouve modifiée.

Vos rires, vos chants, vos manières d’être réchauffent le cœur de ceux qui n’ont parfois aucun contact avec la jeunesse.

L’espace d’un instant la personne malade vous prend pour ce petit fils qu’il ne voit plus, cette petite fille qu’il aurait aimé avoir.

Vous avez une manière unique d’aborder la vie avec simplicité, telle qu’ils ont envie de vous ouvrir leur cœur, qu’à votre contact, leur souci s’allège.

Et puis, voir les jeunes prier, servir, se donner avec cœur, nous conforte, nous les plus anciens, valides ou moins valides dans nos choix essentiels. Nous sommes heureux de discuter avec vous, de vous transmettre ce que nous avons de plus cher.

Vous nous dites : allez-y, emmenez-nous, … et sur place, vous êtes tantôt chefs de cordée, tantôt musiciens, tantôt danseurs, … Vous découvrez que vous recelez en vous des trésors de douceur et d’humanité.  Prenez votre place … c’est à vous que l’avenir appartient, et nous comptons sur vous !

 

 

 

 

Parole de jeune :

« Quand on vient à Lourdes, on rit, on découvre un service nouveau, et on se retrouve le soir au Jeanne d’Arc ou au Roi Albert (bars lourdais bien connus d tous …) autour d’une bière. Et nous restons longtemps ensemble, souvent avec un prêtre. C’est que nous vivons des choses inhabituelles, lourdes, graves avec les personnes que nous accompagnons. Nos discussions ne sont pas les mêmes que chez nous. Elles sont bien plus profondes, sans fard, plus vraies ; c’est que nous avons besoin d’échanger après tout ce que nous vivons. Et nous ne faisons pas d’âneries. Nous n’y songeons même pas. Est-ce que cet état d’esprit nous change pour la vie ? »

Parole de jeune :

« A Lourdes, nous avons un contact incroyable avec les malades. Particulièrement pendant les courses qu’ils attendent avec impatience. A nous les jeunes, ils disent des choses que vous ne savez pas vous les plus anciens. Un jour, une dame m’a dit qu’elle allait apporter chez elle une statue de Marie avec de l’eau de la source, pour montrer à Marie où elle habitait, pour que Marie puisse connaître sa famille. »

X